Finances du Frontalier Suisse : banque, taux de change et fiscalité

Finances du Frontalier Suisse : banque, taux de change et fiscalité

Comparez et économisez

Que vous soyez un frontalier fraîchement arrivé sur le territoire suisse ou un frontalier implanté depuis de nombreuses années, la gestion de vos finances requiert une attention particulière.

Quelle est la meilleure banque pour frontalier suisse ?

Choisir sa banque n’est jamais simple tant les offres sont nombreuses sur le marché. Banques traditionnelles, banques 100 % digitales, différences de tarifs, prestations offertes : le choix est vaste !


Mais cela se complique d’autant plus quand on vit en France et que l’on exerce son emploi sur le territoire helvète ! Votre quotidien oscille désormais entre euros et francs suisses, ce qui implique de détenir une banque dans chaque pays et de convertir votre argent à chaque salaire perçu. Comment être certain de ne pas subir les variations du taux de change ? Comment en diminuer l’impact ? Le guide a envisagé plusieurs scénarios détaillés dans nos articles, dont voici un résumé :

  • Posséder une banque traditionnelle à la fois en Suisse et en France : solution la plus souple, mais la plus onéreuse, les frais sont élevés des deux côtés de la frontière et les taux de change proposés ne sont pas des plus avantageux ;
  • Posséder une banque traditionnelle en Suisse et une banque en ligne en France : une des meilleures solutions, car très peu, voire aucuns frais concernant la banque digitale et la possibilité de percevoir votre salaire sur votre compte suisse. Il convient malgré tout d’utiliser un service de change en ligne afin de bénéficier de tarifs plus intéressants ;
  • Posséder une seule banque traditionnelle en France qui offre une gestion de compte en euros et une gestion de compte en francs suisses : c’est la solution la plus simple en termes de praticité, vous n’avez qu’une seule et même banque. Mais c’est aussi une des plus coûteuse notamment sur le prix des virements reçus qui sont désormais gratuits pour la plupart des autres établissements bancaires ;
  • Posséder une banque en ligne en France et un service de change en ligne suisse : c’est la solution la moins chère, mais celle qui peut poser le plus de souci. L’absence de compte en francs suisses n’est pas appréciée par les employeurs ou par les caisses d’assurance maladie suisses.

Certaines banques proposent aussi des offres spécifiques aux frontaliers comme les crédits immobiliers en francs suisses qui diminuent considérablement les variations liées au taux de change. Grâce au prêt en devises, vous gardez l’assurance d’une constance dans le remboursement de vos mensualités.
Attention cependant à bien comparer les taux et à anticiper votre rachat de crédit dans le cas où vous seriez amené à vendre votre bien plus tôt que prévu. Renseignez-vous également sur les éventuelles incidences si toutefois vous quittiez votre emploi en Suisse.

Il est par conséquent essentiel de faire le point sur vos besoins en amont, et de bien analyser les offres et les taux proposés par les établissements bancaires avant de faire votre choix.

 

Taux de change pour les frontaliers suisses : les différences de salaire

Vous venez de percevoir votre salaire en francs suisses, mais votre principale question reste de savoir comment et à quel moment vous pouvez rapatrier vos fonds en France !

Car selon le cours de la monnaie, la somme perçue fluctue chaque mois : soit vous êtes gagnant, soit vous subissez une dépréciation du franc suisse ! Un peu comme à la loterie, excepté que là, c’est de votre salaire qu’il s’agit !

Retirer l’intégralité de votre salaire en espèces vous semble être une bonne option. En effet, il vous suffit de vous rendre par la suite dans un bureau de change dont les taux sont les plus attractifs et de récupérer votre dû en euros et en espèces. L’étape suivante consiste à déposer votre liquide dans votre établissement bancaire français. Sur le papier ça paraît simple. Cependant, ce n’est pas la solution la plus rapide, c’est même la plus risquée ! Pensez qu’il vous faudra accomplir toutes ces démarches chaque mois !

Il existe des procédés nettement plus confortables de nos jours :

  • Le LSV : système de transfert automatique réalisé chaque mois, nul besoin d’effectuer vous-même la transaction. Vous recevez des devises par virement qu’il convient de changer. Vous avez également la possibilité de geler votre taux sur une durée définie.
  • Les opérations de change en ligne : probablement la solution la plus efficace, la plus rapide et la moins coûteuse ! Les taux proposés par ces services de change en ligne sont ultra-compétitifs.

  • Le virement international d’une banque traditionnelle suisse vers un établissement français : c’est une solution fiable, mais relativement chère. Les frais imputés sont à prendre en considération de chaque côté de la frontière. À cela viennent s’ajouter les variations dues au change.

Toutes ces données sont donc déterminantes pour faire votre choix ! D’une transaction à une autre, d’un mois à un autre, votre salaire peut considérablement diminuer.
Cela étant, depuis ces dernières années le franc suisse n’a cessé de gagner du terrain. À l’heure où nous rédigeons ces lignes, il atteint presque la parité avec l’euro, et ce pour la première fois de son histoire ! Une aubaine pour les frontaliers qui voient leur pouvoir d’achat grimper en même temps que la devise helvète !

Une bonne nouvelle qui devrait attirer un certain nombre de nouvelles candidatures dans les mois et les années à venir !

 

La fiscalité suisse pour les Français

En France ou en Suisse, il y a bien une chose à laquelle on ne peut échapper : les impôts ! Et lorsque l’on travaille en Suisse, la fiscalité devient un vrai casse-tête. Selon votre situation personnelle et le canton dans lequel vous exercez, les calculs et le lieu d’imposition sont différents.

Quelques explications :

Si vous pratiquez votre métier dans les cantons de Vaud, Valais, Neuchâtel, Jura, Bâle ville, Bâle campagne ou Soleure, vous serez imposable dans votre pays de résidence à savoir la France, et ce depuis l’accord de 1983 concernant les travailleurs frontaliers. Vous devrez également transmettre à votre employeur l’attestation de résidence fiscale, devenue obligatoire depuis 2008.

Pour Genève et les autres cantons en revanche, vous paierez votre impôt en Suisse, directement prélevé à la source.

Il est cependant indispensable de déclarer vos revenus en France, et ce même si vous êtes prélevés en Suisse ! Pas de panique, vous ne verserez pas deux fois votre taxe ! La France a mis en place un système de crédit d’impôt pour les frontaliers concernés afin d’éviter la double imposition.

À noter que si 90 % des revenus globaux de votre foyer fiscal sont imposés en Suisse, il vous est tout à fait possible de demander le statut de quasi-résident. Si ce dernier vous est accordé, vous aurez la chance de bénéficier de réductions supplémentaires concernant vos frais réels (frais kilométriques, frais de repas, indemnités d’emprunt, etc.).

Les finances du frontalier vous paraissent désormais plus claires ? Restez connecté sur le Guide du frontalier et profitez de nos conseils pour gérer vos finances en toute simplicité !