Prendre sa retraite à l’étranger : la vie dorée des retraités suisses

2 août 2021 Lecture 5 min.
Prendre sa retraite à l’étranger : la vie dorée des retraités suisses

Le système de financement des retraites en Suisse est un système solidaire de répartition. Pourtant, près de 22 % des plus de 65 ans se retrouvent sous le seuil de pauvreté. Les plus fortunés ne sont pas toujours les mieux lotis. Ils subissent des taux d’imposition élevés qui impactent directement leurs ressources. Dès lors, prendre sa retraite à l’étranger apparaît pour certains comme une bonne solution. Près de 64 % des Suisses retraités désireux de s’installer à l’étranger choisissent un pays européen, notamment pour leur proximité avec le pays natal. D’autres pays plus exotiques proposent une fiscalité beaucoup plus avantageuse et une douceur de vivre qui n’a pas de prix. La vie dorée des retraités suisses installés au bout du monde, mythe ou réalité ? Pour savoir si prendre sa retraite à l’étranger en vaut la peine, suivez le Guide !

Quel est le meilleur pays pour vivre sa retraite ?

Nombre de retraités suisses préfèrent passer l’hiver au soleil et revenir en Suisse durant la saison estivale. Ainsi, ils profitent d’un climat agréable toute l’année sans être totalement coupés de leurs proches. En effet, il n’est pas si simple à l’âge de 65 ou 70 ans de trouver ses repères, se refaire un cercle d’amis et quitter sa famille. Malgré tout, de plus en plus de seniors s’expatrient pour vivre une retraite plus confortable en dehors de la Suisse. Voici une liste non exhaustive des pays où les Suisses aiment se rendre pour prendre leur retraite à l’étranger.

France : la proximité avec ses origines

Les retraités suisses, notamment les frontaliers, aiment rester proches de leur famille et leur pays d’origine. Ils privilégient la Haute-Savoie, l’Ain, la Savoie, le Jura ainsi que le Sud de la France. La différence notoire avec leur pays réside dans le fait que l’immobilier reste plus avantageux de ce côté-ci de la frontière. Ainsi, les Suisses à la retraite ont la possibilité d’acheter un bien pour y séjourner à l’année et le louer pendant les périodes trop touristiques. Les soins de santé peuvent être pris en charge selon la législation applicable en France, sans cotisations supplémentaires. Plus de 37 000 retraités suisses résident en France malgré une fiscalité lourde et peu avantageuse.      

Espagne : un faible coût de la vie

Près de 7 500 Suisses de plus de 65 ans résident en Espagne. Le pays attire grâce à la modernité de ses infrastructures, ses soins médicaux de qualité, sa culture de renommée mondiale et son faible coût de la vie. L’Espagne et la Suisse ont signé une convention afin d’éviter la double imposition des expatriés. Le titre de séjour est valable 5 ans et renouvelable sur présentation d’une affiliation à une assurance maladie et des ressources financières suffisantes.

Portugal : un paradis fiscal

Là aussi, il existe une convention évitant la double imposition avec la Suisse. Pendant plusieurs années, si le Portugal a attiré tant de retraités, c’est sans doute pour son paradis fiscal. En effet, les étrangers résidents au Portugal n’étaient pas imposés sur leurs revenus. Ils bénéficiaient du statut RNH (résident non habituel). Or, depuis 2021, les expatriés ont toujours accès à ce statut, mais peuvent être imposés sur leur rente à hauteur de 10 %. Quoi qu’il en soit, la fiscalité portugaise reste avantageuse. Parmi ses autres avantages : le climat est doux, l’immobilier très accessible et le pays connaît l’un des taux de criminalité le plus bas d’Europe. 

Monaco : pour les plus fortunés

La principauté monégasque est la destination de choix pour les Suisses les plus fortunés et bien portants. Il n’y a pas d’impôt sur le revenu ou sur la fortune ni sur les plus-values mobilières ou immobilières, et aucun impôt sur les successions. Là-bas, la seule condition est d’avoir un portefeuille bien rempli : la ville affiche les prix de l’immobilier les plus élevés au monde pouvant atteindre 49 000 euros du mètre carré !   

Thaïlande : une destination en vogue

Pour ceux qui rêvent d’exotisme, ce pays compte la plus importante colonie de Suisses. Le coût de la vie y est faible et les personnes âgées ont accès à de nombreuses structures d’encadrement de type EMS spécialisé. La convention de double imposition avec la Suisse rend la fiscalité particulièrement avantageuse. Avec une simple rente AVS, le niveau de vie des retraités est bien meilleur qu’en Suisse. Un dépôt de CHF 24 000  en banque suffit pour pouvoir demander le visa retraite.  

Puis-je toucher ma retraite à l’étranger ?

Plusieurs cas de figure se présentent, selon le type de prestation dont vous bénéficiez en Suisse et la présence ou non d’une convention de double imposition. La Suisse en a déjà conclu plus d’une centaine, vous pouvez retrouver la liste sur le site de l’Administration fédérale des contributions

Rente AVS

Si le pays dans lequel vous souhaitez passer votre retraite n’a pas conclu d’accord en matière de sécurité sociale avec la Suisse, vous perdez le droit à votre prestation, excepté pour les rentes de survivants. Cependant, vous pouvez obtenir le remboursement des cotisations AVS sans intérêt après votre départ de Suisse.

Dans le cas contraire, vous avez toujours droit au versement de votre prestation. Vous devez simplement annoncer votre départ à la Caisse de compensation cantonale ou professionnelle et choisir une nouvelle adresse de paiement, en Suisse ou à l’étranger. Il faut savoir que les prestations sont payées dans la monnaie du pays de cette adresse de paiement.

Allocation pour impotent  

Cette allocation ainsi que les contributions pour moyens auxiliaires (fauteuil roulant, appareils acoustiques, etc.) ne sont distribuées qu’aux personnes domiciliées et résidant en Suisse. Vous perdez tout droit à ces prestations suite à votre installation à l’étranger.

Prestation complémentaire à l’AVS ou à l’AI

De même que pour l’allocation pour impotent, vous ne pouvez plus en bénéficier en vous installant à l’étranger.

Prévoyance

La prévoyance professionnelle ou privée peut être versée à l’étranger, peu importe le pays où vous résidez pour votre retraite. 

Imposition de la retraite suisse à l’étranger

Rentes AVS

Elles sont imposables dans le pays de résidence. De ce fait, la Suisse ne prélève aucun impôt à la source sur les rentes AVS.

Prévoyance professionnelle ou individuelle

Les rentes et prestations en capital sont taxées selon les conventions de double imposition (CDI) en vigueur. 

Si une CDI existe entre la Suisse et le nouveau pays de résidence :

  • Si l’État de résidence détient le droit d’imposition, les rentes ne sont pas imposées à la source.
  • Les prestations en capital font toujours l’objet d’un prélèvement à la source dont on peut demander le remboursement total ou partiel selon la convention de double imposition, dans les trois mois suivant l’encaissement du gain.

Si aucune CDI n’est conclue entre l’État de résidence et la Suisse :

  • Les rentes ainsi que les prestations en capital sont imposées à la source.
  • Cet impôt n’est jamais remboursable.

Honoraires versés aux membres d’un conseil d’administration

Ils sont également taxés selon les accords de double imposition.

Les biens immobiliers en Suisse

Si le contribuable détient toujours un bien immobilier ou une entreprise en Suisse, celui-ci sera taxé en Suisse ainsi que les revenus afférents. Le taux d’imposition est calculé sur l’ensemble des revenus et de la fortune que le retraité détient à travers le monde.

La liste des destinations est vaste pour poser ses valises et démarrer une nouvelle vie lors de la retraite. Près de sa famille ou dans un cadre exotique, la première chose à faire avant de partir est de bien se renseigner sur les modalités d’imposition de ses revenus. Et ainsi profiter d’une retraite dorée au soleil !

Pour commenter l'article, c'est par ici !

Soyez le premier à poster un commentaire sur cet article.