Acheter une maison quand on est frontalier suisse

Vous avez réussi à décrocher un job en Suisse et grâce à cela vos revenus ont considérablement augmenté. Cette maison que vous lorgnez à chaque fois que vous passiez devant est désormais à portée de mains.

D’ailleurs, si vous avez fait le choix de traverser la frontière chaque jour, n’est-ce pas pour vous offrir un petit nid douillet où y installer toute votre famille et voir vos enfants courir dans le jardin ?

Pour autant, acheter une maison quand on est frontalier suisse n’est pas de tout repos tant le marché immobilier de notre belle région située en zone frontalière est devenu saturé. Heureusement pour vous, le Guide du Frontalier vous accompagne dans vos démarches et déniche les bons plans. Pour trouver la maison de vos rêves, suivez le Guide !

Au sommaire

Acheter une maison à la frontière suisse

Acheter une maison quand on est frontalier est souvent le premier investissement vers lequel se tournent les travailleurs franco-suisses. Car oui, depuis que vous avez signé votre contrat en Helvétie, votre conseiller financier vous déroule le tapis rouge chaque fois que vous passez sa porte. Plus question de voir votre crédit refusé, vous pouvez maintenant devenir propriétaire.

L’achat immobilier reste encore à ce jour le placement préféré des Français et autant vous dire qu’en Haute-Savoie ou dans l’Ain vous avez de grandes chances de réaliser une belle plus-value à la revente. Les maisons à vendre s’arrachent comme des petits pains, et ce, malgré les prix du marché toujours en hausse.

La plus grosse difficulté que vous allez donc rencontrer c’est de trouver cet appartement ou cette maison. Car si les vendeurs n’ont aucun mal à vendre leur bien, les acheteurs, quant à eux, se battent pour avoir une chance de faire une offre d’achat. La demande étant plus forte que l’offre, se positionner sur un bien relève malheureusement du parcours du combattant !

C’est pourquoi le Guide est allé à la rencontre d’experts pour vous aider dans vos démarches. Grâce à votre négociateur en immobilier, définissez vos besoins et vos envies, il se charge de tout ! Plus besoin de passer des heures sur le web à éplucher les sites d’annonces immobilières. Avec lui, vous définissez la commune où vous envisagez de vous loger, la surface souhaitée, le nombre de chambres et de pièces dont vous avez besoin, mais aussi l’aménagement extérieur avec piscine, jardin… Bref, faites-lui part de vos vœux les plus chers et vaquez à vos occupations ! Après tout à chacun son métier et l’immobilier n’est peut-être pas votre tasse de thé…

Comment financer un projet immobilier ?

Un petit conseil du Guide, avant toutes recherches ou visites, vous devez pouvoir répondre à la question : comment vais-je financer mon projet immobilier ? Sous peine de voir cette belle villa au bord du lac d’Annecy vous passer sous le nez…

Comme on vous l’expliquait plus haut, quand la demande est plus forte que l’offre, ce qui prévaut bien souvent dans le cœur des vendeurs c’est de recevoir un dossier bien ficelé de la part de ses acheteurs. N’oubliez pas qu’il n’a que l’embarras du choix, si vous n’êtes pas certain que votre crédit vous soit accordé vous risquez de ne pas pouvoir conclure la vente.

Pour optimiser votre financement, voici quelques petits conseils avant de vous lancer à l’assaut des banques :

  • Évitez d’être dans l’urgence du besoin de financement. Dans ce cas, vous risquez d’accepter la première offre de crédit venue même si son taux est trop élevé. Les banquiers flairent ce genre de cas et en profitent parfois. N’oubliez pas que le taux d’un prêt immobilier se négocie.
  • Si vous avez pris le temps de faire le tour des organismes de financement et que vous avez reçu plusieurs propositions, installez-vous confortablement dans votre canapé à tête reposée et étudiez chacune d’entre elles. Si sur le papier une offre de crédit peut vous sembler alléchante, il s’agit de savoir lire entre les lignes et surtout de lire TOUTES les lignes, même les plus petites ! N’hésitez pas à poser des questions à votre conseiller financier si besoin. On ne s’engage pas sur un emprunt de plusieurs centaines de milliers d’euros sans mûres réflexions.
  • Faites attention au prêt en devise. C’est tentant lorsqu’on est frontalier, mais le risque que vous quittiez votre emploi, ou pire que vous soyez renvoyé est bien réel. Comme vous le savez, en Suisse le licenciement est plus courant qu’en France. On ne sait jamais ce que nous réserve la vie, vous pourriez également décider de revenir travailler en France. Encore une fois, avant de souscrire un prêt en devise, pesez le pour et le contre.
  • Prenez en compte votre taux d’endettement. Vouloir rembourser son crédit au plus vite, c’est bien ! Mais plus vos mensualités sont conséquentes, plus vite vous atteignez la capacité d’emprunt maximale de 33 %. Ce qui implique qu’en cas de coup dur ou de travaux dans la maison, vous ne pourrez plus souscrire de prêt.

L’assurance prêt immobilier à ne
pas confondre avec l’assurance habitation

Le dernier point de vigilance à connaître avant d’acheter une maison quand on est frontalier est ce qui concerne les assurances. Être bien assuré c’est être bien protégé ! Là encore, une étude précise sera nécessaire pour que puissiez profiter de la meilleure couverture au juste prix.

Rassurez-vous, chez le Guide nous avons pensé à tout ! C’est pourquoi nous sommes allés à la rencontre de courtier en assurances qui pourra vous proposer un panel d’offres répondant à vos besoins. Experts dans leur domaine, les courtiers en assurances travaillent avec de nombreux prestataires ce qui leur permet de pouvoir comparer une large gamme de contrats et de les adapter à votre situation.

Un distinguo réside entre l’assurance immobilière (ou emprunteur) et l’assurance habitation. L’assurance prêt immobilier est celle que vous contractez lorsque vous souscrivez votre crédit. Souvent exigée par les banques, il n’est cependant pas obligatoire (voire déconseillé) de prendre l’assurance proposée par votre conseiller financier. Selon le contrat souscrit, vous pourriez même faire de belles économies sur votre emprunt. C’est bien là le but de votre courtier, contrairement à votre banquier…

L’assurance habitation vous protège (vous et votre famille) contre tous les petits tracas du quotidien qui peuvent survenir à tout moment. Le fameux dégât des eaux, le ballon de foot de votre adolescent qui finit dans les fenêtres du voisin, une tempête arrachant les tuiles du toit, tous ces accidents de la vie peuvent coûter cher lorsqu’on est mal assuré. En choisissant la bonne formule, vous éviterez bien des soucis ! N’hésitez plus et prenez contact dès aujourd’hui avec un expert, ses conseils sont gratuits.