Augmentation du prix du gaz : comment éviter le pire cet hiver ?

22 juil. 2022 Lecture 5 min.
Augmentation du prix du gaz : comment éviter le pire cet hiver ?

Le prix du gaz n’a jamais cessé de varier depuis son arrivée dans les foyers français en 1835, en cause, son importation. Les prix du gaz naturel sont déterminés selon les tarifs d’extraction, d’approvisionnement et d’acheminement et sont négociés entre les fournisseurs d’énergie et les pays producteurs. Mais depuis quelques années, les stocks de gaz se font faibles et l’Europe ne sait plus répondre à une demande en constante augmentation. Cette situation engendre une hausse du prix du gaz jamais atteinte auparavant, générant une inquiétude à l’échelle mondiale.

Alors quelle est la situation actuelle de la France par rapport aux années précédentes ? Quelles sont les causes d’une telle hausse des prix ? Et surtout, comment nous prémunir contre les augmentations à venir ? Suivez le Guide !

Quelle est l'évolution du prix du gaz ces dernières années ?

Au temps du Covid-19

La crise sanitaire mondiale n’a pas épargné le marché des consommations énergétiques. Début 2020, le prix du pétrole diminue fortement. Mais la reprise progressive de l’économie post-pandémie a un impact considérable sur les tarifs du gaz, annonçant une hausse de 9,96 % en juillet et de 8,7 % au 1er septembre. En raison de la demande toujours croissante, le prix du gaz explose en octobre et affiche une augmentation de 12,6 %. Il s'agit du taux d’augmentation jamais atteint depuis 2015.

La situation actuelle

À l’approche de cette date butoir, l’inquiétude pour les foyers et leur consommation grandit. Récemment, la situation mondiale vient noircir davantage le tableau : la Russie envahit l’Ukraine. Le lundi 7 mars 2022, le prix du gaz atteint des records, avec un prix de 345 euros le MWh.

À cela vient s’ajouter une nouvelle problématique prévue de longue date. La Russie entame le 11 juillet 2022 la maintenance de son gazoduc, Nord Stream 1. Cette opération de 10 jours risquerait d’interrompre les approvisionnements de gaz en Europe.

Dans ce contexte sous haute tension lié à la guerre qui sévit actuellement, l’inquiétude est grandissante. La Russie rouvrira-t-elle les vannes une fois la maintenance de Nord Stream 1 terminée ?

Au 21 juillet 2022, il semblerait que le pipeline ait repris ses livraisons de gaz vers l’Allemagne à hauteur de 40 %. Si le débit n’augmente pas dans les prochains mois, des pénuries sont à prévoir…

Est-ce que le gaz va augmenter en 2022 ?

Le gel des prix du gaz

En regard de cette situation post-pandémie inédite, l’État décide de geler les tarifs réglementés du gaz en hiver 2021. À compter du 1er novembre 2021 et jusqu’au 31 décembre 2022 (après l’arrêté publié au Journal officiel du 26 juin 2022 qui prolonge la durée du gel jusqu’à cette date), les tarifs qui étaient en vigueur au 1er octobre 2021 restent identiques. De ce fait, si votre contrat énergétique présente un prix fixe ou un tarif réglementé, vous n’aurez pas d’augmentation jusqu’en fin d’année. Cependant, si votre contrat se réfère aux marchés du gaz ou stipule une réglementation tarifaire particulière, vous ne pourrez pas bénéficier de ce blocage.

Une promesse perturbée

En parallèle de ce dispositif, le gouvernement espérait une baisse des prix du marché mondial au cours du printemps 2022 afin de compenser les pertes conséquentes liées au gel tarifaire des différents fournisseurs de gaz naturel. Malheureusement, les événements inattendus entre la Russie et l’Ukraine ont compromis ces espérances.

Nous dépendons de pays externes qui, eux aussi, sont en proie à la crise énergétique et à la hausse de leur consommation post-pandémie. À ce jour, la France n’est pas autosuffisante en gaz naturel et 99 % de sa consommation est importée :

  • 36 % proviennent de la Norvège, qui réalise des travaux de maintenance en mer du Nord et réduit sa production ;
  • et 20 % viennent de Russie.

Le prix du gaz ne devrait pas augmenter jusqu’au 31 décembre 2022 comme promis par l’État, mais les conditions tarifaires pour 2023 restent incertaines.

Comment réduire l’impact de l'augmentation du prix du gaz ?

Opter pour un contrat fixe

Un contrat fixe signifie que le prix du kWh reste le même tout au long de votre abonnement, quels que soient les aléas du tarif énergétique. Cela permet de contourner la hausse parfois drastique des prix du gaz naturel. Il est aussi important de mensualiser ses paiements pour éviter une facture trop salée à la date butoir.

Souscrire un contrat chez un autre fournisseur

Si vous n’êtes pas satisfait de votre fournisseur d’énergie ou si vous n’êtes pas sûr du respect des réglementations de l’État, vous avez la possibilité de comparer votre contrat avec d’autres fournisseurs de gaz et souscrire un nouvel abonnement qui vous fera faire des économies. Dans ce cas, n’hésitez pas à vous informer sur les offres possibles : est-il plus avantageux de souscrire un seul contrat gaz et électricité chez un même fournisseur ?

Réaliser un contrat partagé

Il s’agit d’une communauté de consommateurs qui négocient les contrats de gaz directement auprès des fournisseurs. Il est ainsi possible d’obtenir des remises considérables pouvant parfois aller jusqu’à 20 % sur le prix du gaz.

Les aides de l’État

Pour faire face aux difficultés des foyers modestes face à cette augmentation conséquente, le gouvernement a mis en place un “chèque énergie 2021” d’une valeur de 100 euros. Il est valable chez tous les fournisseurs jusqu’au 31 mars 2023.

D’autres aides peuvent vous permettre de régler vos factures énergétiques : les aides financières des services sociaux ou du Fonds de solidarité pour le logement (FSL). Ils permettent de vous éviter la suspension de votre contrat pour impayés.

Enfin, pour pallier cette hausse, vous pouvez envisager de réaliser des travaux d’isolation (combles, fenêtres en triple vitrage, etc.) et de réduire votre consommation quotidienne à travers l’achat d’électroménagers moins énergivores.

Les Français sont donc protégés jusqu’en fin d’année 2022. Sans cette mesure sur le gel du prix du gaz, on estime que les tarifs réglementés auraient atteint 54 % d’augmentation au 1er juin 2022 par rapport à ceux qui étaient en vigueur au 1er octobre 2021.

Mais l’année 2023 risque de connaître une hausse des tarifs du gaz sans précédent. Pour amortir l’augmentation brutale à venir, le gouvernement se penche sur un projet ambitieux qui permettrait une diminution de la consommation énergétique de notre pays de 10 %, d’ici 2024.

En attendant, il est nécessaire de prévenir ces frais conséquents dès maintenant. Pensez dès aujourd’hui à vérifier votre contrat : avez-vous choisi de mensualiser vos paiements ? Dépendez-vous d’un contrat de gaz naturel à prix fixe ? Si tel n’est pas le cas, comparez les offres d’autres fournisseurs en étant très attentifs aux détails des contrats et tarifs de 2023.

Quelle que soit la méthode, il nous faudra apprendre à prioriser, voire réduire nos consommations, et à trouver des solutions individuelles (isolation, habitudes de vie) pour échapper à cette crise qui nous touche mondialement.

Pour commenter l'article, c'est par ici !

Soyez le premier à poster un commentaire sur cet article.