Crédit Frontalier : Ont-ils une plus Forte Capacité d’Emprunt ?
Emprunter

Crédit Frontalier : Ont-ils une plus Forte Capacité d’Emprunt ?

17 nov. 2020
Lecture 4 minutes

Être frontalier implique souvent de toucher des revenus plus élevés qu’en France. Pour le même poste, du côté suisse, votre salaire peut parfois être doublé ou au mieux tripler. Travailler en Suisse apporte au ménage une situation financière confortable, mais est-ce que les frontaliers sont privilégiés auprès des banques ? Lors d’un achat immobilier pour obtenir un crédit, le frontalier a-t-il une plus forte capacité d’emprunt qu’un salarié français ? Si chaque cas est différent et que chaque demande de crédit demande une étude précise du dossier de l’emprunteur, des règles communes sont tout de même établies par les banques. Dans cet article, découvrez les éléments à prendre en considération avant de vous lancer dans tout projet d’investissement. Connaître votre capacité d’emprunt est un point essentiel que vous soyez frontalier ou non. Suivez le Guide !

Connaître sa capacité d’emprunt 

La capacité d’emprunt ou capacité d’endettement correspond au montant maximal que vous pouvez emprunter tout en gardant votre budget familial équilibré.

Le calcul de votre capacité d’emprunt est au cœur de toutes les attentions de votre banquier. Il s’agit de l’élément central qui détermine l’étude de votre demande de crédit. C’est votre capacité d’emprunt qui définira le montant du crédit qui vous sera accordé, la durée et le taux d’intérêt accordé.

Votre capacité d’emprunt permet de définir le montant du remboursement de vos mensualités. Elle ne doit pas empiéter sur votre budget mensuel afin que vous puissiez continuer à vous acquitter de vos factures et de vos charges diverses.tout en vivant convenablement.

Le frontalier n’échappe pas à cette règle. Comme le reste des emprunteurs, il ne doit pas dépasser son taux d’endettement. Son statut ne lui offre aucun privilège particulier auprès des banques ni un taux d’endettement supérieur à la moyenne, mis à part en cas de revenus très importants.

Pourquoi connaître sa capacité d’emprunt ?

Lors d’un achat immobilier, connaître au préalable votre capacité d’emprunt additionnée à un éventuel apport, permet de mieux centrer vos recherches sur des biens correspondant à vos moyens.

Préparer votre dossier est un facteur déterminant afin de bien entamer l’étude de votre projet par votre banquier. Arriver avec une demande de financement irréaliste risque de compromettre sur le long terme votre crédibilité aux yeux de votre banque.

Comprendre les calculs et les ratios utilisés par les instituts de crédit vous permettra de connaître les points forts et les points faibles de votre projet. Si votre dossier est solide et bien préparé, cela facilitera la négociation de votre prêt et des conditions du taux appliqué.

Les éléments à réunir pour calculer sa capacité d’emprunt:

Voici la liste des éléments permettant le calcul de votre capacité d’emprunt :

  • Le revenu mensuel net de l’emprunteur ;

  • Le revenu mensuel net du co-emprunteur ;

  • Les autres revenus éventuels (primes, pensions, loyers perçus...) ;

  • Le montant mensualisé de vos charges et engagements ;

  • Le loyer ;

  • Le type de bien visé (neuf ou ancien) ;

  • L’apport personnel ;

  • La durée du crédit ;

  • Le taux d’intérêt hors assurance

Utiliser un simulateur pour calculer sa capacité d’emprunt

Plusieurs sites y compris ceux de courtiers en financement vous permettent de calculer votre capacité de financement en quelques clics. Ces simulateurs peuvent vous donner rapidement un aperçu de votre capacité d’emprunt.

Vous verrez qu’en modifiant certains paramètres comme la durée du prêt, le montant emprunté augmentera, ainsi que le taux emprunteur. En effet, la banque considère les prêts sur le long terme comme plus risqué.

De façon générale, la banque veille à ce que votre taux d’endettement ne dépasse pas 33 %.

Pour déterminer ce taux, la banque divise vos charges mensualisées par votre revenu net multiplié par 100.

Prenons l’exemple d’un couple ayant un revenu mensuel net cumulé de 3 500 EUR, leurs charges mensuelles s’élèvent à 1100 €. Le taux d’endettement serait de 1 500/3 500 x100 = 31,43 %.

Connaître sa capacité d’achat

La capacité d’achat correspond à votre capacité d’emprunt, ajouté à votre apport personnel, ou à d’autres crédits type PTZ, moins les frais de notaire.

Le reste à vivre

Le reste à vivre est le montant disponible après le paiement de toutes vos charges mensuelles. Afin de calculer votre reste à vivre, il faut estimer précisément vos charges sur une année puis les diviser par 12, vous obtenez une moyenne se rapprochant au plus près de la réalité.

Le taux d’endettement

Déterminer son taux d’endettement revient à connaître sa capacité de remboursement. L’institut bancaire, lors de votre demande de prêt, devra décider si vous êtes un client éligible aux conditions requises. Puis, déterminer si le montant demandé pourra être remboursé compte tenu de vos revenus et de vos charges.

En France, le taux d’endettement est établi à 33 % maximum. Au-delà, l’équilibre budgétaire de votre ménage est considéré à risque et serait menacé par le surendettement.

Par exemple, un taux d’endettement de 25 % signifie que vos charges récurrentes représentent un quart de votre revenu net.

La composition du revenu prend en considération les salaires nets, le 13e salaire, les primes si elles sont contractuelles, les pensions alimentaires, les pensions de retraites ou d’invalidité.

Pour les professions libérales, les commerçants et les agriculteurs, il s’agira des revenus professionnels non salariés.

Selon la banque, d’autres revenus peuvent être incorporés, comme les allocations familiales, les revenus sur titres, les revenus immobiliers, les allocations logement, etc. La banque peut appliquer une décote si elle estime que les revenus sont fluctuants (risque de non-paiement de loyer).

Comme dans toute règle, il y a des exceptions. La banque pourra être plus ou moins restrictive en fonction du niveau de vos revenus. Des revenus largement supérieurs à la moyenne permettront à la banque de dépasser le plafond du taux d’endettement de 33 %. À l’inverse des revenus très modestes risquent de refroidir votre banquier, qui vous limitera à un taux maximal inférieur à la norme.

Pour commenter l'article, c'est par ici !

En publiant un commentaire, vous acceptez notre politique de confidentialité

Soyez le premier à poster un commentaire sur cet article.